L’utilisation des réseaux sociaux pendant le confinement

Le confinement oblige les Français à trouver des activités qui ne nécessitent pas de sortir. L’enfermement et le télétravail entraînent une augmentation significative de la présence digitale. Les relations humaines sont maintenues grâce aux applications en ligne : les réunions professionnelles ont lieu sur Zoom ou sur Google Meet tandis que les apéros dinatoires entre amis sont trinqués via Facebook Messenger ou HouseParty.

De manière générale, les plateformes digitales semblent être le refuge des populations pour garder contact en cette période de pandémie.

Le relationnel à distance

Les entreprises américaines le voient : les européens passent plus de temps sur internet. Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a ainsi déclaré que le trafic de Facebook, d’Instagram et même de WhatsApp a explosé ces dernières semaines. Le volume des messages échangés a ainsi plus que doublé en un mois allant même “au-delà du pic annuel qui se produit habituellement lors du nouvel an”. Les européens utilisent même WhatsApp et Messenger pour passer des appels audio et vidéo. En Italie, le temps passé pour les appels de plus de trois participants a augmenté de plus de 1 000 % au mois de mars.

La plateforme de streaming, Twitch, a par ailleurs constaté une augmentation de 200 000 à 300 000 “viewers” de plus que d’habitude. En effet, les utilisateurs moyens par mois sont normalement 2,2 millions mais le réseau d’Amazon comptabilise, en ce moment, 2,5 millions de profils connectés.

Le géant du télécom Nokia a enregistré une croissance particulièrement élevée du trafic internet mondial. L’entreprise a effectivement observé un pic de 20 à 40% dans le mois qui a suivi le confinement dans les régions concernées. En comparaison, les réseaux enregistrent normalement une croissance de 30 à 45% sur un an.

Cette utilisation accrue d’internet entraîne une diminution des débits des plateformes. Netflix a annoncé réduire de 25% son débit en Europe pendant un mois tandis que Google a temporairement basculé tout le trafic européen en définition standard par défaut.

Le divertissement en ligne

En France, certains témoignages confirment avoir multiplié par 2 et par 3 le temps passé sur leur téléphone.

Au travail, certains reconnaissent passer en moyenne une demie-heure par jour sur TikTok même si Instagram et YouTube restent les réseaux utilisés pour rester informés. Pinterest continue également d’être utilisé pour trouver de l’inspiration. LinkedIn est encore le réseau social le plus utilisé pour rester visible professionnellement.

Les instagrameurs le constatent : les publications bénéficient de plus de visibilité. Les interactions entre les influenceurs et leur communauté ont également augmenté. Des internautes racontent ainsi avoir réagi à des Stories pour la première fois de leur vie.

Le temps passé sur les réseaux accorde une pause dans le quotidien des Français. Ils échappent au coronavirus grâce aux contenus divertissants, se renseignent sur les dernières actualités liées au covid-19 ou encore s’inspirent et se motivent en prenant exemple sur les comptes des créateurs de contenus spécialisés. Les plateformes permettent également de rassurer les utilisateurs : le confinement peut démoraliser les caractères les plus hyperactifs et constater que tout le monde est dans la même situation peut aider.

Les Européens utilisent de plus en plus internet, et particulièrement les réseaux sociaux, pour garder un contact humain et supporter plus facilement le confinement.

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment