Comment les réseaux sociaux impactent la campagne présidentielle américaine ?

La campagne électorale pour déterminer le nouveau président des Etats-Unis d’Amérique a fait rage jusqu’au dernier moment. Alors que les internautes et les électeurs retiennent leurs respirations pour connaître les résultats depuis quelques jours, nous avons choisi de revenir sur l’impact des réseaux sociaux sur la campagne. Les deux candidats ont effectivement largement utilisé les publicités ciblées sur Facebook et Twitter pour motiver les Américains à voter.

Des millions de dollars par jour en budget publicitaire

Des électeurs précisément ciblés

Les Américains sont habitués à voir des publicités politiques ciblées sur leurs réseaux sociaux. Les réseaux sociaux et les moteurs de recherches proposent effectivement de cibler précisément des démographies particulières comme les femmes, les retraités ou encore les communautés “latino”. Les campagnes numériques de Joe Biden et de Donald Trump s’adressent ainsi directement aux électorats des candidats en reprenant précisément les messages véhiculés par chaque candidat durant la campagne électorale.

Des états plus impactés

L’élection américaine s’appuie sur la puissance de certains états. Les “swing states” qui dénombrent plus de grands électeurs sont ainsi considérés comme les états que les candidats doivent absolument gagner pour devenir Président. Les publicités sur les réseaux sociaux y sont donc particulièrement répandues. Les internautes localisés en Arizona, Floride, Pennsylvanie, Caroline du Nord, au Texas et Michigan ont pu voir défiler de nombreuses publicités sur leurs réseaux sociaux. Les états dont les résultats de sondage révélaient une tendance à voter pour un nouveau parti politique ont également été ciblés par les campagnes publicitaires numériques. Les publicités ont alors cherché à convaincre les électeurs du Wisconsin, Minnesota, de l’Illinois, la Géorgie, et l’Ohio de voter pour les différents candidats.

La chasse aux “fake news”

La vérification des sources

L’utilisation des réseaux sociaux dans la campagne présidentielle américaine a contraint les plateformes à activement lutter contre la diffusion des informations mensongères. Elles sont diffusées grâce aux internautes et à certains médias qui ne prennent pas le temps de vérifier leurs sources. Donald Trump est d’ailleurs connu pour sa prise de liberté avec certaines vérités. Twitter a supprimé plusieurs tweets du Président qui diffusaient des informations dangereuses notamment concernant la pandémie mondiale. Fin mai, la plateforme avait alors décidé d’indiquer une mention “vérifier les faits” sous certains tweets suspects.

L’interdiction des publicités politiques

Depuis plusieurs mois, Twitter et Facebook débattent sur les publicités politiques. Alors que Twitter annonçait clairement les refuser, Facebook préférait les autoriser par soucis de liberté d’expression. En septembre, Google et Facebook annonçaient néanmoins mettre en place des limitations exceptionnelles notamment pour éviter la propagation des “fake news”. Les nouvelles campagnes publicitaires étaient ainsi totalement interdites durant la dernière semaine de campagne. Les plateformes ont également décidé de suspendre les publicités dans les semaines qui suivent le 3 novembre, date officielle du vote. Elles souhaitent ainsi empêcher les annonces concernant d’éventuels doutes de fraudes ou les annonces non-officielles d’un potentiel vainqueur.

Les Américains ne connaissent pas encore leur nouveau Président mais les réseaux sociaux ont une nouvelle fois prouver leur importance dans la communication politique. Ils ont pris leur rôle très à cœur pour éviter la diffusion des “fake news” sur internet. Les publicités sur les réseaux sociaux apportent donc une visibilité non-négligeable à condition de bien les paramétrer. Les équipes d’Influenzzz peuvent vous accompagner pour mettre en place une stratégie social media efficace.

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment