Newsletters, groupes de discussion : les influenceurs continuent de créer du lien avec leurs abonnés

Le travail des créateurs de contenu dépend, au quotidien, de l’algorithme des réseaux sociaux. Les plateformes les font évoluer sans cesse afin d’éviter les manipulations abusives qui impacteraient l’expérience des utilisateurs. En conséquence, les influenceurs critiquent souvent les algorithmes qui peuvent parfois léser leurs publications sans raison évidente. Plusieurs créateurs ont donc cherché des moyens de conserver un lien fort avec leur communauté en adoptant de nouveaux formats et de nouveaux réseaux. 

Des conversations de proximité 

Les groupes sur WhatsApp et Telegram

En France, certains créateurs de contenu proposent à leurs abonnés d’échanger directement tous ensemble sur des conversations groupées sur les applications de messagerie. Aux États-Unis, ce format est généralement réservé à une communauté VIP ou premium puisqu’elle paie des frais d’inscription pour rejoindre la conversation. Ils peuvent alors bénéficier de contenus exclusifs tels que les vidéos YouTube en avant-première et des vidéos qui répondent à des questions posées dans la discussion par exemple. L’influenceur peut également ne plus proposer de contenu visuel à proprement parler mais plutôt fournir un service d’entraide. HolyCamille avait ainsi créé un canal Telegram sur lequel elle échangeait gratuitement en privé avec 973 personnes. 

Les serveurs Discord 

Les streamers ont largement développé les communautés sur Discord. Ils proposent effectivement à leurs abonnés de suivre leur actualité en direct dans un serveur qui leur est entièrement réservé. Cet espace permet également aux internautes d’échanger entre eux et ainsi de créer des affinités fortes au sein même de la communauté. Les abonnés qui se réunissent effectivement autour d’un créateur de contenu, s’aperçoivent qu’ils partagent des centres d’intérêts communs avec d’autres abonnés de ce créateur. Les serveurs Discord renforcent ainsi le sens communautaire autour d’un créateur de contenu puisqu’il est perçu comme la connaissance commune qui regroupe d’une certaine manière. La pratique est particulièrement répandue par les streamers Twitch car les serveurs leur permettent notamment d’échanger rapidement et directement avec leurs viewers au moment du live par exemple. 

Le partage des informations

La newsletter éditoriale

En parallèle des contenus sur les réseaux sociaux, certains créateurs développent de nouveaux formats pour échanger avec leurs abonnés. Ils utilisent alors les newsletters pour traiter des thématiques qui ne correspondent pas à leur ligne éditoriale à proprement parler. Ils dévoilent ainsi leurs intérêts, transmettent des informations tout en ouvrant à la discussion sur différents sujets. La newsletter a l’avantage de pouvoir être éditorialisée ; le créateur intègre alors une part de ses opinions et de son point de vue aux articles qui y sont inclus. Cyrus North a ainsi commencé à développer une newsletter pour partager des thématiques variées. Il y partage des informations autour de la biologie, des nouvelles technologies ou encore des savoirs inutiles. C’est un format de plus pour échanger avec ses abonnés qu’il peut consciemment maîtriser puisque l’envoi dépend de sa production et non d’un algorithme tiers. 

Le magazine indépendant

Dans la continuité de son travail autour du cerveau, Fabien Olicard a développé un magazine papier en 2020. Curiouz propose d’apprendre en s’amusant grâce à des quiz, des illusions mais également des savoirs inutiles qui correspondent à la ligne éditoriale du créateur mentaliste. Le magazine contient 10 numéros par an et est rédigé par des équipes qui viennent appuyer le travail de Fabien Olicard. Ce format de magazine est celui qui crée le moins de liens directs avec le créateur, néanmoins il respecte sa ligne éditoriale tout en proposant plus de contenus indépendants des réseaux sociaux. Le magazine n’est effectivement pas soumis aux aléas de l’algorithme. La charge de travail et le format nécessitent un investissement monétaire plus conséquent, c’est pourquoi les abonnés sont invités à s’abonner pour le recevoir. 

Les influenceurs ont conscience d’être dépendants des algorithmes des réseaux sociaux pour être visibles auprès de leur communauté. Ils n’hésitent néanmoins pas à créer du lien en testant de nouveaux formats. Plusieurs d’entre eux renforcent l’esprit communautaire grâce à des canaux de discussions tandis que d’autres partagent leurs centres d’intérêts via différents médias.