Google veut rémunérer les éditeurs de contenus de haute qualité

Depuis plusieurs mois, les éditeurs de presse affrontent Google suite à l’adoption par le Parlement européen du droit voisin pour la presse. Ils réclament une rémunération pour l’indexation de leurs articles par les plateformes en ligne. Durant le confinement, l’Autorité de la concurrence a donc exigé que le moteur de recherche américain négocie avec les organes de presse. En Avril, Google avait trois mois pour faire parvenir un rapport mensuel sur ses progrès ; aujourd’hui, l’entreprise américaine annonce le lancement d’un programme de licences pour rémunérer les éditeurs de contenus de haute qualité.

Soutenir la presse et lutter contre les fake news

Google déclare avoir pris la décision de lancer ce nouveau programme de licences afin de soutenir l’industrie de l’information et plus précisément un journalisme de qualité suite à la pandémie qui a directement impacté le secteur.

Durant ces derniers mois, l’entreprise a soutenu plus de 5 300 publications locales dans le monde grâce à un fonds d’aide au journaliste, une dispense de frais de diffusion d’annonces sur Google Ad Manager et une campagne de soutien aux nouvelles locales. Google News Initiative a ainsi versé 15 millions de dollars pour aider à atténuer certaines contraintes économiques immédiates.

Le moteur de recherche rappelle que, depuis 2018, Google News Initiative s’est engagé à soutenir les services des actualités grâce à des programmes tels que Subscribe with Google et le Local Experiments Project. Il a notamment généré 24 milliards de visites par mois vers des sites d’actualités.

Alors que le débat autour des informations vérifiées bat son plein aux Etats-Unis suite aux initiatives de Twitter, Google vient donc soutenir le secteur de l’information pour garantir des contenus de qualité s’appuyant sur des actualités vérifiées.

Le programme de licences pour rémunérer les éditeurs de contenus de haute qualité

Le programme a pour objectif d’accompagner les éditeurs participants à monétiser leur contenu grâce à une nouvelle “expérience de storytelling améliorée” permettant aux internautes d’obtenir des informations développées. Le lecteur pourra ainsi rester informé grâce à des articles complexes qui répondront à leurs interrogations. Google s’est, pour le moment, associé à des éditeurs allemands, australiens et brésiliens avant de s’étendre à d’autres partenaires.

Les contenus concernés seront d’abord mis en avant dans Google News et dans le flux Discover qui se trouve dans l’application Google Search et sur la page d’accueil du moteur de recherche sur les téléphones Android. L’entreprise souhaite notamment mettre en place un forfait payant qui permettrait aux internautes d’accéder librement à des articles payants sur le site d’un éditeur. Les journaux qui se reposent sur un système d’abonnement avec des “paywall” pourront ainsi accroître leur audience en ouvrant leurs contenus à des lecteurs qui ne les lisent habituellement pas.

Le moteur de recherche américain cherche encore la meilleure approche pour développer son programme de licence. Il souhaite néanmoins accompagner les éditeurs de contenus de haute qualité afin d’accompagner l’industrie de l’information dans sa numérisation.

Comment

There is no comment on this post. Be the first one.

Leave a comment