Interview blogueur : Tribords

No Comments

Après avoir recueilli les réponses de Maud du site Juste Maudinette, Solène de Solcito, Pierre du site Allons voir ailleurs, Pauline de Graine de voyage, Clo d’Evasions gourmandres, Alexandra d’une Demoiselle à Paris, de Jenny du site JDRoadTrip et de Rattana des sites Ici Laos Cambodge et Princesse Krama, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer Simon Tripnaux du site Tribords !

Tribords

Pour commencer, pourrais – tu nous parler un peu de toi et de ton blog ?

Responsable marketing digital en agence de communication, je suis aussi un double papa trentenaire vivant à Nice, sous le soleil aveuglant de la côte d’azur. Mon blog a d’ailleurs commencé ici, il y a de cela plus de 10 ans. A l’époque j’étais déjà dans le web, dans une autre agence en tant que « webmaster » et je me suis mis à partager des objets amusants trouvés sur le web. Mon modèle à l’époque c’était de m’inspirer de sites comme Kopikol ou IciOnAime, tous deux disparus depuis. J’ai également la chance fabuleuse de partager ma vie avec une femme fabuleuse, belle et brillante. Concernant mon blog, j’aime à le qualifier d’ovni car c’est parfois l’impression qu’il donne. Il est organique et il a une histoire qui laisse des marques, un passé marqué par la quête du trafic à tout prix, des articles de fond, des interviews épatantes, des images drôles et quelques boutades tirées par les cheveux.

Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans la création d’un blog ?

Cela remonte à très loin, du temps de ma prime jeunesse. A l’époque j’étais journaliste pigiste, collaborateur de plusieurs rédactions dans la belle région de Perpignan. J’y ai fais de la radio, écrit dans les journaux, puis j’ai découvert le web vers 1998. C’était pour moi la possibilité d’écrire et d’être lu sans contraintes, ce qui est assez énorme quand on a l’ambition d’être journaliste. En 2000 je lançais un « webzine » culturel local baptisé « Planète Montpellier » qui a fonctionné durant deux très belles années. C’est cette expérience très riche qui m’a tout naturellement poussé à finalement lancer mon propre blog. Aujourd’hui, je considère mon weblog comme mon « média personnel », il fait le relais entre moi et les inconnus de ce monde qui pourraient aimer ou vouloir connaître des choses que j’ai apprise. Pour résumer, ce qui me pousse à bloguer, c’est avant tout l’envie de partager.

Où trouves – tu ton inspiration pour écrire tes articles ?

Mon inspiration vient essentiellement du web et de la vraie vie, qui sont tout de même intimement liés bien que certains continuent à penser le contraire. Mes sources sont très variées, ce sont souvent des blogs US, mais je peux dire que dans 80% des cas quand je tombe sur une info ou une idée intéressante, c’est sur Twitter que ça se passe. Sinon il m’arrive de trouver des produits sympas ou des adresses qui sont chouettes également, et là c’est le hasard de la vie qui me mène sur ces chemins là ! Comme pas mal de gens que je connais, les billets les plus complexes et qui ont des angles de réflexions approfondis me sont venus sous la douche. Je suis sûr que ça vous est déjà arrivé, l’idée géniale sous l’eau chaude.

Comment les prépares – tu ?

Je ne prépare pas vraiment mes articles, il sont rédigées en deux étapes. La première est totalement floue, instinctive, c’est là où j’improvise des idées un peu tordues ou amusantes en évoquant le sujet. La deuxième consiste à reprendre ce premier texte en l’enrichissant de données factuelles, de mécanismes et de pensées construites. Dans le cadre de mon travail et comme j’ai pas mal de tâches créatives dans la rédaction web, je fais l’approche inverse : partir des choses concrètes puis étoffer en donnant de la vie.

Quel est ton matériel/tes outils de prédilection ?

J’ai développé une interface minimaliste pour piloter une partie de mon blog en mobilité, dans les transports par exemple, ce qui me permet de rédiger une partie des billets dans toutes les conditions, y compris debout. Je n’ai pas besoin d’une connexion pour cela, une tablette tactile me suffit. Pour ce qui est des outils autour du blog, je n’utilise pas grand chose comme widgets et services tiers, et je me concentre sur les réseaux sociaux ou les sources de partage potentielles.

Es-tu un blogueur professionnel ? Qu’est-ce qui t’a poussé à le devenir (ou à ne pas le faire) ?

Je l’ai été durant une bonne année ou deux, à l’époque où mon blog était beaucoup plus axé sur une thématique « buzz » et divertissements, et où il était monétisé surtout. Dans le sens où beaucoup de mes contacts professionnels ont un lien de près ou de loin à mon blog, on peut dire qu’il continue à être une vitrine de mon expertise, si on sait lire entre les lignes de mes sujets très variés !

Te considères – tu comme un influenceur ? Pourquoi ?

Je me situe parmi les blogueurs qui comptent dans le paysage, mais pas dans tous les milieux ni toutes les thématiques, et je ne pense pas avoir une forte influence. Cela dit la plupart des marques me remarquent, j’ai beaucoup de relations avec des agences, des autres contacts relaient facilement mes initiatives, ça fonctionne quand même bien pour moi !

Qu’est-ce que ton blog a changé dans ta vie ?

Même si cela peut sembler étrange une fois encore, ce blog m’a surtout appris le développement web, le langage PHP, le HTML, tout ce qui fait ma technicité aujourd’hui. Il a été le fil conducteur de mon apprentissage, de mes réussites professionnelles en tant que consultant SEO par exemple, de beaucoup de mes contacts avec d’autres acteurs du web. En voulant être lu, j’ai développé naturellement une expertise dans les disciplines de la communication digitale, du growth hacking en passant par la rédaction web ou le référencement, des disciplines que j’ai enseigné en formations.

Quel est ton meilleur souvenir de blogueur ?

Franchement ce sont surtout les interviews qui me laissent les meilleurs souvenirs. Le simple fait d’avoir su transmettre les idées de quelqu’un à mes lecteurs en ciselant des questions intelligentes me donne beaucoup de plaisir. Mes interlocuteurs aussi aiment beaucoup cet exercice, qui demande une réelle implication. Une autre expérience assez lointaine qui m’a laissé un souvenir mémorable, c’était au tout début de l’an 2000, quand j’ai lancé l’idée d’inviter nos lecteurs à des conférences de rédaction improvisées. A ma grande surprise, il y a eu des dizaines d’inconnus qui ont répondu à l’appel et ces internautes ont eu ce soir là un vrai visage pour moi. C’était bien avant l’avènement des réseaux sociaux et nous avions pourtant créé là quelque chose d’assez magique à mes yeux.

As – tu des conseils à donner pour percer dans le milieu ?

Il me semble que le ton et le style restent des choses importantes pour être un bon blogueur, pour durer ou trouver son public. L’humour aussi est un excellent moyen de captiver les gens, parce qu’il me semble que c’est une réelle forme d’émotion. Quand on met quelque chose de drôle dans n’importe quoi, il y a de fortes chances que ça marche. Ensuite, je dirai qu’il faut absolument être ouvert au partage. Cela veut dire citer et faire des liens vers les autres blogs, et aussi commenter les articles qui vous inspirent.

logo_tribords2013

 

Site internet : www.tribords.com

Twitter : @buzzistic

Facebook : Tribords.com

Blogueuse passée du côté obscur, j'ai choisi de développer mon intérêt pour le digital au côté de l'agence InfluenZZZ. Chargée de la stratégie Social Média et des Relations Blog, je continue malgré tout à travailler sur mon premier amour, mon blog Badachaboum - Paris

Ecrire à notre équipe !

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

Les news de la ruche

 
 

Laisser un commentaire